ISMO

Institut des Sciences Moléculaires d'Orsay


Partenaires

CNRS UPS




samedi 4 décembre


Mise à jour
mercredi 1er décembre


Accueil > Équipes scientifiques > Structure et dynamique des systèmes complexes isolés photoexcités (SYSIPHE) > CHIralité et spectroscoPIE (CHIPIE) > Offres de stages, thèses et post-docs > Etude de molécules chirales par dichroïsme circulaire de photoélectron

Proposition de stage pour étudiant L3 ou M

Etude de molécules chirales par dichroïsme circulaire de photoélectron

Niveau L3 à M2

par Zehnacker-Rentien Anne - 13 septembre (modifié le 29 septembre)

La chiralité joue un rôle important dans la chimie du vivant et la plupart des processus naturels impliquant des molécules chirales, comme l’interaction d’une biomolécule ou d’un médicament et de sa cible, se caractérisent par une forte énantiosélectivité. Outre la chiralité, la flexibilité moléculaire, c’est-à-dire la capacité d’une biomolécule à adopter différentes conformations, est un facteur clé permettant d’optimiser son interaction avec sa cible. Le groupe « chiralité et spectroscopie » développe des méthodes capables de sonder à la fois la chiralité et la flexibilité moléculaire.
La spectroscopie chiroptique est la différence entre l’interaction avec une lumière polarisée circulaire droite et gauche, pour une molécule chirale. Le dichroïsme circulaire de photo électron (PECD), développé récemment, consiste en une asymétrie avant / arrière dans la distribution angulaire de l’électron résultant de la photoionisation d’une espèce chirale avec une lumière polarisée circulaire (CPL). Son intensité est supérieure de plusieurs ordres de grandeur à celle mesurée par les autres méthodes chiroptiques, atteignant jusqu’à 40%.

Le groupe vient de développer et tester un schéma expérimental de PECD innovant permettant d’enregistrer séparément le PECD de chaque isomère d’une molécule chirale flexible, et de ses complexes faiblement liés, dans des conditions de molécules isolées en phase gazeuse. Ce schéma a été développé en collaboration avec G. Garcia et L. Nahon (synchrotron SOLEIL). Le sujet proposé, essentiellement expérimental, consiste à exploiter ce nouveau dispositif sur l’exemple de biomolécules simples comme des neurotransmetteurs et des petits peptides. On cherchera aussi à former des agrégats entre un chromophore non chiral et une molécule chirale et à observer un transfert de chiralité vers un chromophore, ce qui n’a jamais été observé auparavant.

Voir en ligne : Chiralité et Spectroscopie

Post-scriptum :

Contacts :
Anne Zehnacker anne.zehnacker-rentien@universite-paris-saclay.fr
Valéria Lepère valeria.lepere@universite-paris-saclay.fr