ISMO

Institut des Sciences Moléculaires d'Orsay


Partenaires

CNRS UPS




mardi 27 septembre


Mise à jour
mardi 27 septembre


Accueil > À la une > Formation lointaine et évolution précoce de l’astéroïde carboné Ryugu : preuves directes à partir des échantillons retournés par Hayabusa2

Formation lointaine et évolution précoce de l’astéroïde carboné Ryugu : preuves directes à partir des échantillons retournés par Hayabusa2

par Martrenchard-Barra Séverine - 22 septembre (modifié le 23 septembre)

La mission japonaise JAXA Hayabusa2 a rapporté des échantillons de l’astéroïde primitif carboné Ryugu. Les analyses de ces échantillons par un groupe international dirigé par le Prof. Tomoki Nakamura (Univ. Tohoku, Japon) dont l’ISMO est membre, ont permis de proposer un scénario retraçant l’histoire de Ryugu, incluant sa formation lors de la fragmentation de son astéroïde parent.

Les laboratoires français impliqués sont IAS, ICP, IJCLab, ISMO (Université Paris-Saclay/CNRS), Synchrotron SOLEIL, l’IMPMC (Sorbonne-Université/CNRS/MNHN), l’IPAG (Univ. Grenoble-Alpes/CNRS), IPGP (Univ. Paris Cité/CNRS) et le LESIA (Observatoire Paris-Meudon/CNRS), avec le soutien du CNES.
Les échantillons de Ryugu contiennent des minéraux (silicates hydratés, carbonates, magnétite) ainsi que des matériaux organiques et de l’eau carbonatée. Une petite proportion des minéraux de la surface de Ryugu se sont formés proche du Soleil. Ryugu a une composition remarquablement similaire à la météorite d’Orgueil, tombée en France en 1864, qui est conservée au MNHN à Paris. Orgueil appartient à une classe rare de météorites, elle est utilisée comme référence pour la composition moyenne du système solaire. Les échantillons de Ryugu offrent ainsi un aperçu unique sur ce type de matériau primitif.
Le champ magnétique primordial enregistré dans les minéraux magnétiques de Ryugu suggère que son astéroïde parent s’est formé dans des régions éloignées du Soleil. Une simulation numérique tenant compte des caractéristiques mesurées dans les échantillons de Ryugu, suggère que le corps parent de Ryugu faisait une taille 100 km et s’est formé 2 millions d’années après la formation du Système Solaire. Au cours des 3 millions d’années suivantes, sa température a atteint 50°C, entraînant des réactions d’altération aqueuse. Par la suite, un impacteur (de taille < 10 km) a désagrégé l’astéroïde parent. L’astéroïde Ryugu s’est ensuite agrégé à partir de matériau qui était éloigné du point d’impact.

Le texte complet du communiqué de presse de la JAXA :
https://global.jaxa.jp/press/2022/09/20220923-1_e.html.

Les résultats des recherches de l’équipe d’analyses initiales « Stone » d’Hayabusa2 (dirigée par le Prof. Tomoki Nakamura, Université de Tohoku, Japon) ont été publiés dans Science le jeudi 22 Septembre
T. Nakamura et al., Science 10.1126/science.abn8671 (2022)

Contact à l’ISMO : Emmanuel Dartois

Image microscopique optique du plus grand échantillon C0002 analysé
Image microscopique optique du plus grand échantillon C0002 analysé
Asteroid Ryugu photographié en 2018 durant son approche par la sonde Hayabusa 2 à une distance d'environ 20 km
Asteroid Ryugu photographié en 2018 durant son approche par la sonde Hayabusa 2 à une distance d’environ 20 km
Credit image : JAXA, University of Tokyo, Kochi University, Rikkyo University, Nagoya University, Chiba Institute of Technology, Meiji University, University of Aizu and AIST.